Formation professionnelle : les négociations reprennent


Optimisez vos chances de réussite avec une formation complète. Certification incluse

L’enjeu de cette réforme est de faciliter la formation des salariés et des demandeurs d’emploi, de rendre le système plus lisible et de faire un grand ménage dans les circuits de financement de la formation. Du chemin reste à faire d’ici décembre. Le compte personnel de formation à la place du DifPremier objectif : la mise en place du compte personnel de formation pour remplacer le Dif (Droit individuel à la formation). Appelé aussi « compte individuel de formation portable », ce droit créé par la loi du 14 juin sur la sécurisation de l’emploi, permettra à un salarié de conserver ses droits à la formation en cas de perte d’emploi. S’il quitte son entreprise, il gardera donc le bénéfice de ses heures accumulées (20 heures par an) et pourra les utiliser durant sa période d’inscription à Pôle emploi. Reste maintenant à le mettre en oeuvre en trouvant le moyen de le rendre réellement transférable tout au long de la vie. Plus de demandeurs d’emploi en formationEn 2011, seules 12,5 % des financements étaient destinés aux demandeurs d’emploi. L’idée serait de porter cette part à 20 %. Pour François Hollande, il est nécessaire que chaque chômeur puisse se voir proposer une formation, six mois après la perte d’un emploi. Seulement une minorité de demandeurs d’emploi accède actuellement à la formation. Pour la plupart, c’est un véritable parcours du combattant. A qui s’adresser ? Qui finance ? Quels sont les critères de sélection ?  L’alternance : mieux cibler les aidesAutre enjeu de la réforme, le développement de l’alternance, cursus favorable à l’emploi des jeunes. Selon le gouvernement, il est nécessaire de mieux cibler les aides en augmentant la part de la taxe d’apprentissage transmise aux établissements qui forment vraiment en alternance. Actuellement, seul 62% cette taxe finance réellement l’apprentissage. Cette redistribution se fera forcément au détriment des écoles professionnelles, technologiques et des établissements du supérieur. Mais l’objectif est d’atteindre les 500 000 apprentis en 2017. Grand ménage au sein des dispositifs de collecteLa Commission des finances de l’Assemblée prévoit une réorganisation du système. Aujourd’hui, les circuits de financement entre les organismes paritaires collecteurs agréés (Opca) qui récoltent les cotisations des entreprises, de l’État, des régions et de Pôle emploi sont trop complexes. D’autant plus que l’argent géré par les Opca est en partie utilisé à financer les syndicats de patrons ou de salariés plutôt que les formations. Le gouvernement prévoit donc de diminuer le nombre d’Opca. 

Accompagnement personnalisé